Origine de la tour Perret et du Parc des expositions 

Réalisée par Auguste Perret pour l'Exposition Internationale de 1925 à Grenoble
la tour d'orientation est l'édifice en béton armé le plus haut du monde à cette
époque. Elle est édifiée sur un terrain militaire (polygone du génie) qui devient
alors parc de l'Exposition.

Paul Mistral et l'Exposition internationale de la Houille Blanche et du Tourisme de 1925.


Profitant de l'Exposition internationale, le maire (1) cherche à montrer les progrès accomplis dans les domaines du tourisme et de l’hydroélectricité "la Houille blanche".

L'organisation de l'exposition permet l'acquisition des terrains militaires du génie sur lesquels elle se tiendra. Le maire se rapproche de l'urbaniste en vogue, Léon Jaussely (2) pour mettre en œuvre l'expansion de la ville, jusque là corsetée par les enceintes Haxo et Mamès Cosseron de Villenoisy (3) (actuels boulevards Joffre, Foch et Vallier) construites au XIXe siècle.

 

L'emplacement de l'exposition prend tout naturellement le nom de "Parc de l'exposition" puis à la mort du maire en 1932 celui de "parc Paul Mistral" qu'il conserve de nos jours.

 

La "Tour d'orientation" ou "Tour de l'exposition" est maintenant connue internationalement sous le nom de "Tour Perret de Grenoble" pour la distinguer de la tour d'habitation à Amiens, ou de la magnifique tour clocher de l'église Saint- Joseph au Havre construites par la suite par Auguste Perret.


La Tour d'orientation, conçue par l'ingénieur et architecte Auguste Perret (4), construite en 1924 (5) sous maîtrise d'ouvrage du "Touring Club de France", est aujourd'hui le seul vestige de l'exposition internationale de 1925. Elle est classée "Monument historique" en 1998 et labellisée "Architecture contemporaine remarquable" en 2003.

Auguste Perret, avec pour but de faire apprécier son "ordre du béton armé", s'introduit, avec la complicité de Marie Dormoy écrivaine et critique d'art, dans les milieux politiques et artistiques modernes grenoblois.

Lors de l'organisation de l'Exposition internationale de 1925, c'est à lui qu'est confié le projet d'édification d'une tour qui devait être le symbole de la manifestation.

 

À l'époque, lors d'événements internationaux, un imposant édifice construit au milieu des pavillons permettait aux visiteurs de s’orienter et de situer un point de rendez-vous.

La tour offrait également, depuis sa plateforme à 60 mètres de hauteur, la possibilité de situer les bâtiments de l'Exposition et de profiter de la table d'orientation pour découvrir le vaste panorama que forment la ville et les montagnes alentours.

Les vues de la table d'orientation, composées par 16 émaux de 30/40 cm qui décrivent le paysage à l’horizon, et 16 émaux intercalaires décrivant des paysages de Grenoble, ont été réalisées avec les plaques photographiques de René Rivière (1876-1954), président de la SPA (Société des Photographes Amateurs) et Charles Vallot (1884-1953) ingénieur et cartographe du Mont-Blanc, qui dés 1903 encourage l’installation des Tables d’orientation. La première dans la région est située au sommet de la Bastille en 1905.

La présentation au public a eu lieu le 21 juin 1926.


                                                                                             ETPG décembre 2021


(1) Paul Mistral (1872-1932) est une personnalité politique française. Il a été maire de Grenoble pendant treize ans et député de l'Isère de 1910 à 1932.


(2) Léon Jaussely (1875-1932) est un architecte et urbaniste Français.


(3) Mamès Cosseron de Villenoisy (1821-1903) En 1873, chef du génie à Grenoble, il rédige un projet organisant la défense de la ville par la construction de la ceinture fortifiée de Grenoble autour de la ville, d'une nouvelle enceinte au nord de la ville, et enfin l'extension de l'enceinte sud qui deviendra un demi-siècle plus tard les grands boulevards de la ville.


(4) Auguste Perret (1874-1954) est un architecte français qui fut l'un des premiers techniciens spécialistes du béton armé


(5) Suite à l'appel d'offre du 17 avril 1924 la construction de la Tour est confiée à l'entreprise générale de travaux publics "Perret et frères" Auguste, Gustave, Claude.